Découvrez nos réalisations sur le Blog, cliquez ici

Logement : les inégalités en hausse

Dans la France de 2017, le déterminisme social est de plus en plus fort en matière d'accession à la propriété. Les prix ont beaucoup plus augmenté que les salaires, ce qui pénalise les revenus modestes.

 

Plus de confort

L'Insee a constaté une amélioration considérable du confort. Le parc s'est transformé en quelques décennies. Plus de trois logements sur quatre (78% contre 75% en 2001) ne présentent aucun défaut. Seuls 3,4% des logements comportent encore deux défauts graves ou plus et seulement 0,6% des ménages vivent dans un logement sous le coup d'un arrêté d'insalubrité. 

 

Des prix qui ont doublé

Cette amélioration considérable du parc ancien s'est accompagnée d'une forte hausse des prix. Ils ont plus que doublé entre 2000 et 2007 alors que, parallèlement, les prix à la consommation, ceux des loyers ou du revenu disponible brut par ménage sont restés compris entre 15 et 25% selon l'Insee.

 

Le taux d'accès à la propriété en repli

Le taux de propriétaires de 57,9% en 2013, en France métropolitaine, s'est infléchi à partir de 2008. Le taux d'accès des ménages à la propriété est passé de 10,2% en 1992 à 15,2% en 2001, avant de reculer à 12,9% en 2013 pour un couple sans enfants. Les taux sont respectivement de 20,2%, 25,4% et 24,8% pour un couple avec enfants.

 

Jeunes et aisés

Alors pour devenir propriétaire dans le France d'aujourd'hui mieux vaut être jeune, vivre en couple et disposer de revenus stables et confortables. D'après l'Insee, « le revenu, la nécessité d’avoir deux apporteurs de ressources et un emploi stable sont devenus des conditions plus prégnantes qu’avant ».

L’apport personnel représente un tiers du montant de l’achat (contre 15% il y a trente ans) ; plus l’on est aidé par sa famille, plus le pas est facile à franchir aussi.

 

Capacité d'achat en hausse

Malgré des prix au sommet, l'Insee précise toutefois que la capacité moyenne d'achat des ménages s'est améliorée, notamment parce qu'ils sont de plus en plus nombreux à recourir au crédit et que les conditions de prêt se sont améliorées avec des taux historiquement bas.

Reste que les familles ont tendance à s'éloigner des centres-villes et à s'installer dans des zones plus abordables : 35% d'entre elles résident dans une commune rurale en 2013 au moment de l'enquête.

 

Source et article complet sur PAP.fr

Retour aux actualités

Ils soutiennent Thermorénov

edf
Credit-Foncier.jpg
DeltaDore.jpg
isover.jpg
lafarge.jpg
les-maisons-francaises.jpg
logo-weber-2017.jpg
Monier.jpg
NEW-LOGO-PAREXLANKO.jpg
point-p.jpg
Soprema.jpg
Haut du site