Découvrez nos réalisations sur le Blog, cliquez ici

Pour aimer son logement, mieux vaut être propriétaire...et habiter loin de Paris

Le logement parfait se trouve-t-il en ville ou à la campagne ? S’agit-il d’une maison ou d’un appartement ? Pour le savoir, l’association Qualitel a demandé à 2.700 personnes de noter leur habitation suivant une quinzaine de critères (confort thermique, luminosité, absence de bruit, etc.). Les données, compilées par Ipsos, sont publiées ce jeudi dans un baromètre « sur la qualité de vie à la maison ».

Premier résultat : les propriétaires sont largement plus satisfaits que les locataires. Les premiers attribuent une note globale de 7,2/10 à leur logement, contre seulement 5,9/10 pour les seconds. Un résultat qui peut s’expliquer par le fait qu’il est plus facile d’aménager un appartement ou une maison à son goût… lorsqu’on l’a acheté.

 

L’âge, critère important

Plusieurs critères jouent également sur la qualité de vie : le fait d’être proche de la nature (parc, forêt, ou champ), ou encore la superficie du bien. Ainsi, les personnes logeant dans un studio lui attribuent la note moyenne de 5,6 (sur 10), alors que les logements supérieurs à 100 mètres carrés affichent une note de 7,3.

Autre déterminant très important : l’âge du logement. Les habitations datant de moins de 10 ans sont beaucoup mieux valorisées (7,6/10) que les constructions réalisées entre 1900 et 1980 (6,25/10). Selon l’étude de Qualitel, cela s’explique « par le triple effet du boom démographique, de l’urbanisation et de la reconstruction accélérée des villes suite à la Seconde Guerre mondiale, qui a conduit à privilégier une approche quantitative ».

 

Le confort thermique, motif n°1 d’insatisfaction

Au-delà de ces notes globales, l’étude identifie aussi les « 5 plaies du logement », autrement dit les problèmes cités le plus souvent par les sondés. Ainsi, 32 % des personnes interrogées sont insatisfaites du confort thermique de leur logement, et de la consommation énergétique qu’ils occasionnent. Le podium est complété par l’isolation acoustique, avec 30 % de sondés insatisfaits.

 

Sans surprise, Qualitel note que ces « plaies » se retrouvent le plus souvent « en appartement, en ville, et chez les locataires ». Illustration avec l’exposition au bruit : un tiers (31 %) de ceux qui occupent un studio disent être « souvent » ou « très souvent » réveillés la nuit par des bruits venant du voisinage ; ceux qui habitent une maison ne sont que 7 % à déclarer ce genre de problème. 

 

Source 20minutes.fr

Retour aux actualités

Ils soutiennent Thermorénov

edf
Credit-Foncier.jpg
DeltaDore.jpg
isover.jpg
lafarge.jpg
les-maisons-francaises.jpg
logo-weber-2017.jpg
Monier.jpg
NEW-LOGO-PAREXLANKO.jpg
point-p.jpg
Soprema.jpg
Haut du site